Eleve dans un orphelinat de l’Angleterre victorienne, Oliver Twist survit au milieu de l’ensemble de ses compagnons d’infortune.

Eleve dans un orphelinat de l’Angleterre victorienne, Oliver Twist survit au milieu de l’ensemble de ses compagnons d’infortune.

Mal nourri, exploite, Il semble place chez Mr Sowerberry, fabricant de cercueils et croque-mort de son etat. La bien, il ne connait que privations et mauvais traitements. Oliver endure tout, jusqu’au jour ou une provocation tout d’un apprenti le pousse a se battre puis a s’enfuir vers Londres.

Epuise et affame, Cela reste recueilli via une bande de jeunes voleurs qui travaillent pour le vieux Fagin.

Entre Bill, Nancy, Monks, Charley Bates, Toby Crakit et les autres, Oliver decouvre un monde cruel ou seules comptent la ruse et Notre force.

Iil faut penser que j’aime l’univers de Dickens, son ecriture, l’atmosphi?re a Notre fois sombre et poetique que celui-ci met dans ses recits,je suis loin d’avoir lu toute sa bibliographie mais c’est en previsions ne me reste qu’a tomber sur le temps, le probleme reste forcement le aussi!

Concernant le livre en lui meme, depuis beaucoup de chose que j’ai aimee dedans, ce plongeon dans l’enfance beaucoup que Complique de notre heros est plein de poesie ainsi que fantaisie, Dickens a su transposer de facon brillante a la fois la precarite souvent rencontre dans la societe dite pauvre du 19e siecle puis toute l’esperance et la naivete de l’enfance a travers les agissements et reaction de ce petit garcon destine a tellement plus que de rester juste un orphelin parmis tant d’autre. Mes personnages seront tous tres charismatique et attachant d’une facon ou de la nouvelle, le fait que le roman ne soit pas focalise entierement concernant Oliver reste 1 point tres positif a les yeux, sans cela je pense que j’aurai finie avec m’ennuyer.

Mes «mechants» de l’histoires qui ne semblent justement pas juste mechant seront toutes l’ame et l’interet du bouquin, Fagin bien qu’etant votre homme mauvais et profiteur est aussi drole et bas en couleur, Sikes la brute epaisse sans sentiments et de la cruaute demesure, Cela reste le personnage a detester et pourtant j’ai trouve que celui-ci est l’un des plus fascinant, j’ai va etre regretter qu’on n’en sache nullement plus sur le passe justement, Nancy quand a elle est l’archetype meme de l’enfant naive et perdue devenue adulte, a le tour elle se trouve dans la position de guide pour les enfants des rues et pourtant la venue d’Oliver va remplacer sa facon de voir les trucs.

Di?s que aux «gentils» c’est en fait les personnages que j’ai trouve les moins interessant excepte est en mesure de etre celui de Rose qui a bien intrigue, il faut dire que le mystere est beaucoup apprehender autour d’elle et ses relations beaucoup developpe que ce soit avec Harry ou avec Mrs Maylie.

L’ecriture meme si c’est avant bien 1 point positif me concernant, j’ai trouve que celui-ci y avait des fois trop de descriptions, alors oui Il semble important que celui-ci y en reste bien et globalement j’aime bien les belles descriptions ca m’aide a vraiment bien me transposer au bouquin mais la trop c’est. trop Divers endroit n’en necessitait jamais tant, les phrases de dix lignes ca finit par etre un peu indigeste!!

Notre religion, un tantinet trop omnipresente, surtout lie a Fagins c’est concernant mais point trop n’en faut encore une fois, je n’irai pas jusqu’a penser comme concernant diverses critiques que j’ai lu que ca a gene ma lecture, je ne l’apparente gui?re a du racisme puisqu’il va falloir remettre les choses dans leurs contexte et surtout beaucoup se mettre en tronche que c’est aussi l’epoque qui veut ca!!

Le personnage d’Oliver, oui je sait c’est un comble! mais je lui est trouve une absence de charisme incroyable!! a penser grand le roman aurait bien autant pu s’appeler «Fagins»

lire cet article

En conclusion, c’est vraiment votre veritable simple que l’on doit avoir lu, je le recommande donc chaudement mais attention il ne faudrait gui?re avoir peur des longues descriptions ainsi que l’ambiance sombre de l’auteur.

Deja un comentario